Vivre auprès d’un éco-anxieux

Je n’ai pas l’habitude d’écrire mais un défi Ma Petite Planète me pousse aujourd’hui à le faire. Alors cette fois-ci, c’est moi qui prends la plume. Je me présente, PM, je suis la femme du créateur de ce blog (CM) depuis 2 ans et demi et sa partenaire depuis plus de 7 ans.

Je suis très loin de prétendre avoir la réponse à l’éco-anxiété ou à la façon dont il faut y réagir. Je souhaitais simplement partager avec vous mon expérience de vie avec une personne que l’on aime et que l’on voit peu à peu sombrer dans l’éco-anxiété.

Pour commencer, voici l’histoire de notre prise de conscience. Il y a un peu plus de deux ans, la lecture du livre de Julien Vidal « Ca commence par moi » a lancé la réflexion de CM sur l’écologie et par la même occasion la mienne. A ce moment-là, nous parlions de petits gestes du quotidien comme ne plus utiliser notre ascenseur, mieux trier nos déchets, etc. Quelques semaines plus tard, le passage dans l’épicerie vrac de la cousine de CM : LP, près de Beauvais nous mettait vraiment le pied à l’étrier, en nous poussant à drastiquement réduire nos déchets et à quitter petit à petit la grande distribution. Nous réfléchissions aux actes que nous pouvions mettre en place au quotidien et j’étais contente de voir que nous étions en phase et que nous avancions ensemble.

Cependant, au fur et à mesure, j’ai réalisé que je perdais peu à peu CM. Je le voyais se renseigner, beaucoup, regarder des documentaires, des fictions ce qui en soi n’a rien de mauvais (au contraire !) mais ce contenu semblait avoir sur lui un effet que je commençais à caractériser d’inquiétant. Il ne parlait plus que de ça. Je le voyais de plus en plus mal, une peur au ventre, une intolérance grandissante face aux actes de certains, une noirceur dans ses propos… Lui qui a pourtant un caractère joyeux, j’avais la sensation qu’il ne cherchait que du contenu dépourvu de positivisme et d’espoir. Il avait également du mal comprendre que moi, je ne souhaitais pas forcément regarder ou lire tout cela.

Et un jour il y a eu la goutte d’eau, des propos qui me paraissaient à la limite de l’extrémisme. Non seulement je voyais mon mari sombrer dans une angoisse à première vue totalement insurmontable et en plus de cela, l’intolérance commençait aussi à être, selon moi, trop présente. Je me suis dit qu’il fallait que je réagisse ! J’avais déjà probablement trop attendu mais c’était tellement nouveau pour moi. J’en ai parlé un peu autour de moi, à des personnes de grande confiance qui même si moins avancées sur la question de l’écologie, ont été des oreilles attentives et des soutiens essentiels.

Voici donc les différentes phases clés que j’ai entreprises :

  • Communiquer : parler, parler et encore parler. J’essayais de comprendre son point de vue, pourquoi il ne regardait que ces contenus, pourquoi il ne cherchait pas autre chose etc. Nous avons défini ce qui moi me gênait dans certains de ses dires et nous en avons discuté pour que chacun entende vraiment le point de vue de l’autre.
  • Le High Kick dans sa tête : Non, je ne bats pas mon mari, loin de là (et puis clairement il est bien plus fort que moi). Je ne fais que reprendre son terme utilisé dans l’article « La sensibilisation – ma réponse à mon éco-anxiété ». Voyant que communiquer ne suffisait pas, j’ai essayé de taper un grand coup. J’ai fini par lui demander de façon extrêmement sérieuse ce qu’il fallait faire. A ce moment, pour lui, toutes les actions semblaient vaines. Voici plus ou moins les mots utilisés : « Et du coup qu’est-ce qu’on fait ? On arrête tout ? On ne fait pas d’enfants, ça sert à rien à part les mettre dans la m****. On laisse tomber et on se morfond ? ou pire, autant se flinguer parce que si c’est pour arrêter de vivre et baisser les bras, c’est surement plus facile ! ». Évidemment je n’en croyais pas un mot. Je ne me souviens plus précisément de sa réaction, mais il me semble qu’il était entre séché et le « mais arrête de dire n’importe quoi ».

Je suis consciente que cette façon d’agir n’est probablement pas adaptée à tous mais, je suis plutôt quelqu’un de positif et j’essaie de prendre un maximum la vie avec philosophie. J’ai un mari qui aime la vie et qui aime plus que tout ses proches, donc je voulais tenter l’électrochoc. A vrai dire, ça a relativement bien fonctionné pour le coup. On a commencé à pouvoir élargir la discussion à comment continuer de vivre pleinement notre vie tout en agissant pour défendre et préserver notre Planète. Et donc les dernières phases ont été, et sont toujours :

  • Être à l’écoute : L’éco-anxiété est comme toutes les angoisses. Il est nécessaire de les exprimer, les faire sortir et de parler. Pour ça on a besoin d’une oreille attentive.
  • Aimer, vivre et inventer de nouveaux récits : je reprends ici les mots de Cyril Dion mais c’est comme ça que nous prenons les choses aujourd’hui. Il faut repenser nos sociétés et notre façon de vivre, modifier nos objectifs et nos idéaux, se recentrer sur ce qui est essentiel et toujours plus sensibiliser les gens par différents biais !

Il y a environ 8 mois, alors que j’étais dans ma famille et que CM était resté en Allemagne, j’ai vu apparaître un message sur Facebook. Il avait écrit ce post qui a ensuite mené à la création de ce blog et du premier article « Eco-anxiété et autres appréhensions« . Ce post a touché un certain nombre de personnes de notre entourage. Il leur a permis de prendre réellement conscience de l’importance de l’écologie dans notre vie et de l’éco-anxiété de CM. Pour moi, ce message a été le vrai signe que CM allait mieux et que, même si l’éco-anxiété ne s’en ira pas, il a trouvé les clés (ses clés) pour qu’elle devienne un moteur et non plus un fardeau !

Merci de m’avoir lue jusqu’au bout 🙂. J’espère que cet article pourra être utile à certains !

Vous souhaitez laisser votre adresse mail ?

Bonne nouvelle, j’utilise mais je ne suis pas un GAFAM. Votre adresse ne sera pas utilisée pour vous spamer uniquement pour vous prévenir des nouveaux articles de ce blog.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :